Aucun spectacle à venir prochainement.

Eric Exbrayat

Guitariste depuis toujours, bassiste par nécessité, Eric Exbrayat met un jour la bouche dans un tuba : rock progressif, groupes de punk, concerts et enregistrements ne manquent pas, tout nait collectivement dans ces premières créations "avec tout le monde", c’est un essaim de copains qui ne se quitteront pas. Cet "aller direct aux concerts" est immédiatement jalonné de rencontres déterminantes avec, entre autres, Christophe Vignal, Pierre Flory ou Etienne Roche.
Eric Exbrayat est d’abord bassiste pour Sisters Tchulette, Murâtron, Info falsifica, Deads sarkozy, et tout en même temps (et depuis toujours aussi) tubiste et comédien pour la rue avec la cie Java Corps, L’Etoile cirée (cabaret tsigane) et la Cie Trans Express ("Rois faignants", 2003). Il se forme parallèlement à la MIM à Valence en musique, chant et théâtre puis à l'école ARPEMA en basse.
De 1997 à 2003 il tourne dans de nombreux pays avec Transe Express (Angleterre, Pologne, Australie, Brésil, Roumanie, Hongrie, Espagne, Italie), tout en co-fondant la "plus qu’une fanfare" Rhinofanpharyngite (Rouge, 2000), Phénomène, mise en scène Pierre Deslome (2004) et Impairs, mise en scène Christophe Châtelain (2012) et collabore régulièrement, à partir de 2008, avec Africa Brass, association favorisant la création de fanfares en Afrique de l'ouest.
Parce que pour lui "faire que de la musique c’est comme si le spectacle n’était pas complet", il est naturellement l’un des insolents Cheval des 3 qu’il crée avec Radoslaw Klukowski et Jérémy Bonnaud en 2006. A partir de 2011, et aussi "parce qu’il a toujours voulu parler, il collabore avec le Théâtre Craie sur les chantiers de Déménagements et Je suis Arturo, et découvre le travail du texte avec Claire Rengade. Il rejoint rapidement le Collectif Craie à sa création un an après, découvre ainsi la scène poétique, le milieu théâtral, et constate que, en salle ou en rue, le public est le même : "il attend aussi des artistes qu’ils ne trichent pas". C’est toujours la rencontre qui prime pour Eric Exbrayat, quelque soit l’univers musical, ce sont les rencontres qui écrivent, quoi qu’il s’invente "la manière de faire est aussi importante que les notes" et "sans le texte, il manque quelque chose".